Rechercher

"...presque chez elle..."

Elle porte des vêtements gris, toujours les mêmes - on lui reproche d'être peu "féminine". Le ton de sa voix est monocorde. Son humour est un peu rugueux & elle se montre abrupte de ne pas taire ce qu'il est convenu de taire. Elle habite très difficilement ce corps humain qu'elle est aussi - elle mange très peu, dort mal & se blesse souvent. Elle est intime de l'épuisement, qui lui semble presque injuste. Elle ne saisit pas la mesure commune : elle est trop ou pas assez - le don de soi est sa prémisse.

Elle se sent souvent stupide : son intelligence est pourtant très vive, presque gênante pour d'autres. Elle traverse les mondes, curieuse des conditions, de chaque autre. Elle empile dans des cahiers années après années des notes, des pensées & des intuitions avec un soin & une rigueur de géomètre. Elle contemple intensément, longuement, à perdre haleine, retrouvée enfin & loyale à une certaine philosophie grecque. Elle comprend ainsi la nécessité & ne la maudit pas : elle sait l'Amour & la douceur de Son regard sur nous.




Simone WEIL (1909-1943)

 

"Nous avons tous les jours sous les yeux l'exemple de l'univers, où une infinité d'actions mécaniques indépendantes concourent pour constituer un ordre qui, à travers les variations, reste fixe. Aussi aimons-nous la beauté du monde, parce que nous sentons derrière elle la présence de quelque chose d'analogue à la sagesse que nous voudrions posséder pour assouvir notre désir du bien."

L'enracinement



"L'intelligence ne peut jamais pénétrer le mystère, mais elle peut et peut seule rendre compte de la convenance des mots qui l'expriment. Pour cet usage, elle doit être plus aiguë, plus perçante, plus précise, plus rigoureuse et plus exigeante que pour tout autre."

La Pesanteur et la Grâce



"Il faut se défaire de la superstition de la chronologie pour trouver l’Éternité."

Lettre à un religieux



"L'instant est immobile. Tout l'espace est empli, même s'il y a des bruits qui se font entendre, par un silence dense, qui n'est pas une absence de son, qui est un objet positif de sensation, plus positif qu'un son, qui est la parole secrète, la parole de l'Amour qui depuis l'origine nous a dans ses bras."

Pensées sans ordre concernant l'amour de Dieu



"C'est parce qu'il peut être aimé par nous, c'est parce qu'il est beau que l'univers est une patrie. C'est notre unique patrie ici-bas."

Attente de Dieu



"Les rapports entre la collectivité et la personne doivent être établis avec l'unique objet d'écarter ce qui est susceptible d'empêcher la croissance et la germination mystérieuse de la partie impersonnelle de l'âme.

Pour cela, il faut d'un côté qu'il y ait autour de chaque personne de l'espace, un degré de libre disposition du temps, des possibilités pour le passage à des degrés d'attention de plus en plus élevés, de la solitude, du silence. Il faut en même temps qu'elle soit dans la chaleur, pour que la détresse ne la contraigne pas à se noyer dans le collectif."

La Personne et le sacré


92 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Stéréo